Mon année artistique en périscolaire

Un atelier périscolaire pour s’éveiller à l’art

Cette année, deux ateliers accueillent les enfants du CE1 au CM2  pour une école buissonnière artistique. Des cycles de trois séances pour parler d’un thème, d’un artiste, d’un mouvement. Mais, il faut du rythme car les enfants sont demandeurs! Les thèmes abordés avec les enfants sont aussi l’occasion de sorties en famille pour visiter un musée ou participer à l’actualité artistique.

Les arts premiers pour un premier atelier

Chaque année le programme se renouvèle. La nature y est très présente.  Cette année, les enfants ont commencé avec les arts premiers. Peindre le rêve, peindre les ancêtres, c’est dans les collections du musée du Quai Branly qu’ils ont puisé leur source d’inspiration pour représenter leur territoire sacré ou leur bestiaire. Ils ont expérimenté la peinture au « rayon X » ou le dot painting.

Ma petite révolution artistique: le cubisme

Au début du XXe siècle, c’est au musée ethnographique du Trocadéro  que Pablo Picasso et Georges Braque ont découvert les arts premiers. Le mouvement cubiste nait des arts premiers Avec le même cheminement que les cubistes, les enfants ont observé l’éclatement des formes, la  déconstruction des personnages,  les paysages en trois dimensions sur une surface plane. Les formes sont simplifiées et géométriques pour ne représenter que l’essentiel.  Deux œuvres artistiques,  c’était le minimum pour expérimenter le cubisme: Initiation au pastel pour dessiner un portrait cubiste de drôles de Demoiselles…d’Avignon et initiation au collage pour créer une nature morte aussi libre que celles des deux amis cubistes.

Aussi léger que l’air

Il est joyeux et les enfants l’ont beaucoup aimé. C’est Sandy pour les intimes ou Alexander pour les autres! Il s’agit d’Alexander Calder, l’artiste américain qui a partagé sa vie entre les États Unis et la France. Avec lui les enfants ont sculpté le vide avec du fil de fer, personnages ou animaux, ils étaient emballés. Avec Calder, ils ont appris comment fabriquer un mobile. Pour l’artiste, le mobile est une chose qui bouge toute seule. Le mobile fait de la musique et change de forme sans arrêt avec le vent . On dirait même qu’il respire sans fin comme les vagues sur le rivage.

Aussi féroce que le fauve

Henri Matisse que les enfants connaissent bien leur a permis de voyager au pays de la couleur.  A travers les scènes d’intérieur à la fenêtre, ils ont compris l’importance de la couleur du peintre. Finir une année 2020 si particulière en rêvant à la fenêtre sur des paysages imaginaires où explosent les couleurs c’était pour les enfants un souffle de liberté.

Peindre l’hiver et la Flandres

La peinture de paysage n’avait pas encore été proposé dans les ateliers du soir. L’atelier emmène les enfants sur les canaux glacés en compagnie du peintre Pieter Bruegel et de ses amis les peintres du nord. Découvrir ce genre nouveau à la lumière de l’hiver a permit aux enfants de voyager aux Pays Bas. Ils ont crée un petit paysage en volume dans un bocal en verre et ont joué avec les effets du sel sur l’aquarelle.

Jeux de masques pour fêter le carnaval

Chaque année les enfants rencontrent un art populaire ou un art du spectacle vivant pour réaliser leur masque de carnaval. Ils n’ont même pas eu peur avec les jeux de masques ou les caricatures du peintre belge James Ensor ( 1860-1949). C’est avec beaucoup d’amusement qu’ils ont pu pousser la caricature pour réaliser leur masque en papier mâché.

Paris, ville lumière

Se promener dans Paris lorsqu’on est un petit parisien, c’est côtoyer des monuments sans les voir car ils font partis de notre environnement. Un long cycle d’atelier sur trois monuments a permis de découvrir l’architecture du 19e siècle. Siècle des révolutions, le 19e siècle a vu naître l’Arc de Triomphe, l’Opéra Garnier et la Tour Eiffel. Rarement présenté dans les ateliers, les enfants sont partis à la rencontre de l’architecture. Ainsi, ils ont commémoré la Grande Armée avec l’Arc de triomphe, célébré les arts vivants à l’Opéra Garnier et admiré les progrès de la technique de Gustave Eiffel.

 

 

 

 

Laisser un commentaire